top of page

Pauvre petite Planète

Homo sapiens (l'humain) est né en Afrique il y a environ 300'000 ans. Il s'y est développé, et son apparition en Europe date de 50'000 ans. Sur ce continent, son emprise sur les autres espèces sera totale. Plus ou moins sédentaire durant 49'000 ans, un peuple du Nord se sent soudain inspiré à découvrir ce qu'il y a au-delà des mers entourant l'ouest du continent. Ainsi les Vikings ouvriront-ils la voie aux grandes explorations, découvrant peut-être et sans le savoir le continent américain, cinq cents ans avant Christophe Collomb. Au 13ème siècle, Marco Polo explore l'Asie au cours d'un voyage d'une grosse vingtaine d'années. En octobre 1492, aux commandes de ses trois caravelles, Collomb découvre l'Amérique (Bahamas).

Dès lors, de l'actuel Mexique jusqu'à la pointe sud du Chili les peuples vont être soumis, de gré ou de force, à la colonisation, l'évangélisation, ceci très majoritairement par les Espagnols. Au point de vue humain, le bilan génocidaire de Conquistadors soutenus par l'Eglise catholique (un sabre dans une main, un crucifix dans l'autre) entre le 16ème et le 18ème siècle est estimé à au moins cent millions de morts. Pour le Nord, les immigrés européens en ont ajouté au minimum quarante millions.

Dans l'histoire mondiale de la colonisation, les Européens ont les mains couvertes de sang. Angleterre, Espagne, Portugal, France, Belgique, Pays-Bas, Allemagne, Italie, ont tenté de se partager le monde en l'espace de cinq siècles. Combien de centaines de millions d'humains en ont-ils subi les conséquences fatales (exploitation humaine, violences, esclavagisme) ? Impossible à calculer. Mais même sans chiffres précis, je crois que l'on peut affirmer sans hésitation aucune que l'histoire de l'humanité est une véritable histoire d'horreurs.

Depuis l'apparition de la race humaine, on estime à plus ou moins cent milliards le nombre d'hommes et de femmes qui se sont succédés sur cette planète. Inoffensifs pour elle jusqu'au milieu du 19ème siècle, l'ère de l'industrialisation et une croissance démographique exponentielle ont tout remis en cause. Si bien qu'un siècle et demi plus tard, on se trouve derrière un bilan catastrophique, et devant un avenir extrêmement compromis. Au cours de ces 50 dernières années, la faune sauvage a perdu les deux tiers de son effectif. Aujourd'hui, chaque seconde du temps qui s'écoule voit la disparition d'un hectare de forêt tropicale humide, essentielle à l'absorption des milliards de tonnes annuelles (33 en 2019) de CO2 produits par l'humain. Au rythme actuel de la pêche industrielle, les mers et océans seront vidés de toute leur faune avant 2050.

Ces trois seuls exemples montrent que l'humain règne sans partage sur cette planète. La Terre l'a engendré, elle lui a tout offert, tout donné, et elle continue de le faire. En signe de reconnaissance, cette race dont je fais partie, saccage, maltraite, ruine, détruit tout sur son passage. Au point de devenir pour elle, qui a créé tant et tant de merveilles au cours de ses 4,5 milliards d'années de vie, son pire cauchemar. Mais un cauchemar qui s'arrêtera un jour, c'est certain. Alors, l'humain ayant disparu, elle disposera du même nombre de millénaires pour se refaire une beauté. En évitant, je l'espère pour elle, de commettre l'erreur gigantesque d'engendrer (une fois encore) cette funeste et minuscule bactérie qui est devenue notre mère à tous. Pour son plus grand malheur !

La canicule, les sécheresses, la fonte des glaciers, les gigantesques incendies de forêts, les cataclysmes météorologiques, ne sont que le signe, la preuve que la nature se défend. La plus grande puissance mondiale, ce ne sont ni les Etats-Unis, ni la Chine, mais bien la Nature. Et nul n'en viendra jamais à bout ! Bien au contraire. Et ceux qui prétendent qu'elle en a vu d'autres sont des dégénérés, des égoïstes uniquement préoccupés par leur petit confort personnel. La situation est grave, et le Giec (Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat) ne laisse planer aucun doute.

Dans son 6ème rapport d'évaluation climatique (20 mars 2023) de fin, le Groupe dresse un tableau apocalyptique de l'avenir de notre planète. Des textes chocs d'un texte brut, sans le filtre du consensus international, qui dressent un portrait apocalyptique de l'avenir de notre planète et des êtres qui la peuplent. Y sont décrits une humanité à l'aube de retombées climatiques cataclysmiques, en proie aux pénuries d'eau, aux exodes et à la malnutrition, dans un monde où les espèces s'éteignent massivement.  Le pire est à venir, avec des implications sur la vie de nos enfants et nos petits-enfants bien plus que sur la nôtre. Si la vie sur Terre peut se remettre d'un changement climatique majeur, en évoluant vers de nouvelles espèces et en créant de nouveaux écosystèmes, l'humanité ne le peut pas.

Actuellement, je pense que les peuples ne croient pas vraiment à ce qui les attend. Que faudrait-il pour qu'ils en prennent conscience ? L'un ou plusieurs des cataclysmes évoqués plus haut. Des inondations, des tempêtes, des incendies occasionnant plusieurs dizaines de milliers de victimes. Trois milliards d'animaux ont été brûlés vifs lors des incendies qui ont dévasté l'Australie en 2020. Aujourd'hui, l'humain parvient à se défendre contre de telles catastrophes. Mais lorsqu'elles seront multipliées par dix ou beaucoup plus, qu'adviendra-t-il ? Rien de bon pour lui !

J'ai 69 ans, j'observe et je m'interroge. Je ne vais bien entendu pas vivre jusqu'au bout de l'enfer qui nous est promis si nous ne nous bougeons pas radicalement le cul dès maintenant. Mes enfants (autour de la trentaine) sans doute non plus. Mais je crois fermement qu'au train où vont les choses actuellement, tous les enfants nés depuis 2010 perdent chaque année une chance de connaître l'an 2100. Et depuis peu, je fais des efforts surhumains pour tenter de "zapper" le possible destin de ma petite-fille adorée, qui fait partie de cette génération.

 

Un tableau aussi noir n'est, par définition, pas optimiste du tout. Dénoncer est une chose, proposer des solutions en est une autre. Alors que faire pour ralentir tous ces phénomènes ? Je n'ai pas de remède miracle à proposer. Voici, juste ma "propre" contribution...

  1. Mon appartement est chauffé à l'électricité.

  2. Mes déchets se résument à un sac poubelle de 17 litres tous les 12-15 jours.

  3. Le bio est ma source principale de consommation des produits de la terre.

  4. Mes achats de plastique non-recyclable sont désormais quasi inexistants. Chaque été, je consomme énormément de fraises (mon fruit préféré), 250 grammes par jour, mais les supermarchés les proposent encore majoritairement dans des contenants en plastique. Je choisis systématiquement ceux en carton. Ou je les achète dans des fermes, qui elles proposent systématiquement du carton. Idem pour tous les autres fruits et les légumes.

  5. Je tente actuellement de supprimer (et j'y parviens assez bien) ma consommation de viande d'animaux nécessitant énormément d'eau pour leur élevage (bovins).

  6. Ma voiture se situe en classe B pour ce qui est de ses émissions de CO2. Elle consomme en moyenne 6 litres d'essence aux 100 km. J'ai clairement l'intention d'acquérir un modèle hybride prochainement, ce qui réduira encore ma consommation et le CO2 émis. Mais n'ayant plus les moyens d'investir dans du neuf, les occasions sont extrêmement rares…

  7. Depuis 2018, je n'ai pris qu'une seule fois l'avion, (cette année avec moins de 2'000 km parcourus).

 

J'ignore à quel niveau se situe le poids de ma contribution personnelle au bien-être de notre Terre. Mais même si elle est minuscule, elle mérite d'être appliquée. Parce que nous n'avons et n'aurons jamais qu'une seule planète sur laquelle vivre. A ce propos, je hais au plus haut point tous ceux qui se dépensent sans compter pour reprendre l'exploration de notre système solaire, pour aller sur Mars et retourner sur la Lune, et pour continuer à polluer notre proche environnement spatial par des satellites et autres merdes qui finiront tous par nous retomber un jour sur le coin de la gueule…

7 novembre 2023 _________________________________________________

ltev12-1024.jpg
ltev0 - Copie.jpg
ltev5.jpg
ltev11.jpg
ltev7.jpg
ltev8.jpg
ltev6.jpg
ltev13.jpg
ltev4.jpg
ltev9.jpg
ltev2.jpg
ltev10.jpg
ltev3.jpg
bottom of page